décalageS – QCM

Pour tester vos connaissances sur l’exposition décalageS, dix questions vous sont proposées (elles portent sur l’emplacement d’une oeuvre, le nom de l’artiste …). Quatre choix sont offerts dans chaque cas.

Pour accéder au jeu, cliquer sur le lien ci-contre : qcm-décalageS.

Un autre questionnaire à choix multiples vous propose de retrouver le nom de l’oeuvre correspondant à la photo proposée.

Pour accéder à ce jeu, cliquer sur le lien ci-contre : qcm-décalageS-bis.

Les oeuvres présentées sont issues de la collection du FRAC Poitou-Charentes. Les noms des artistes suivants apparaissent dans les QCM : Giulia Andreani, Anna Baumgart, Carine Klonowski, Fred Lonidier, Eric Tabuchi, Nathalie Talec, Marianne Vitale.


décalages – atelier de pratique artistique – 18 janvier 2019

En ce jour de l’an de grâce deux-mille dix-neuf, un car amena au château les élèves de CE1, CE2, CM1 et CM2 du R.P.I. Oiron – Brie – Pas de Jeu.
Les enfants avaient rendez-vous avec l’artiste Carine Klonowski.

Avec un minimum de moyens, l’idée était de créer des phénomènes et ambiances atmosphériques spectaculaires !

Expérimentation et création …
Coucher de soleil, aurores boréales, arc-en-ciel … les enfants ont expérimenté avec un dispositif simple et quelques trucages la force infinie de la lumière !

Quelques réalisations …

Vous pouvez télécharger quelques petites vidéos en cliquant sur les liens suivants : vidéo n° 1vidéo n° 2vidéo n° 3

Vous pouvez prendre connaissance de quelques autres oeuvres éphèmères réalisées par les élèves en cliquant ici.

Pendant qu’un demi-groupe était avec l’artiste, l’autre demi-groupe était pris en charge par Agathe
(les deux demi-groupes ont bien entendu permuté l’après-midi)

Enchantés par cette visite, les élèves lui ont offert quelques jours plus tard tout un ensemble de dessins dont le point de départ est l’oeuvre d’Eric Tabuchi « Portail UTOPARK » : la classe de CE1 a imaginé un monde ludique. Voici un échantillon …



Théâtre : VU – 22 janvier 2019

A la croisée du théâtre d’objets, du cirque miniature et du clown involontaire, ce solo met en scène un personnage méticuleux, délicat, un brun acariâtre et ordonné à outrance, en proie à des obsessions dérisoires et anodines.

Il est là, calme, très calme, très très calme, installé sur une petite chaise, à une table très basse et se prépare une tasse de thé. Ou plutôt, tente de se préparer une tasse de thé. Mais l’histoire dérape…..

Avec délicatesse, humour et humanité, ce spectacle muet, parle des petites obsessions de tous les jours. Celles qui parfois deviennent maladives et qui, par excès de minutie, finissent par faire « péter la cocotte » !

A la fin du spectacle, le public a pu déguster le verre et la brioche de l’amitié.

Une deuxième séance était proposé le lendemain, toujours à la salle polyvalente.

Quelques extraits du « cahier d’or »

Les photos ci-dessous proviennent du site de la compagnie.

Vu©Alexis Doré
Vu©Camille Chalain
Visuel Vu©Etienne Saglio – Monstre(s)

décalages – Carine Klonowski – 19 janvier 2019

Le samedi 19 janvier 2019, à 14 h, une quarantaine de personnes ont pris place dans la salle Baumgarten afin d’assister à la lecture – performance de l’artiste Carine Klonowski.

L’artiste a proposé une lecture conçue spécialement pour l’occasion.
Elle a témoigné de l’apparition d’un mystérieux phénomène, souvent porté à l’écran mais rarement étudié.

FAISCEAUX SUR LA SIERRA NEVADA

Elle semblait croître d’intensité… puis diminuer. Il était clair que son déplacement n’était pas désordonné. C’était comme si l’Ether était descendu des montagnes hallucinées.

La performance a mis en jeu perception du paysage, quête, attente, fantasme du spectaculaire. Elle a été suivie d’un échange avec l’auditoire sur les différentes questions soulevées par la lecture.

Le groupe a ensuite gagné dans les combles du deuxième étage où l’artiste a commenté ses deux oeuvres présentes dans l’exposition : Before Sun Sets et Projecteur.

Pour terminer l’après-midi, les commissaires citoyens ont présenté l’exposition au petit groupe de l’association des amis du FRAC Poitou-Charentes qui avait fait le déplacement pour cette occasion.

Sierra_Nevada : fond d’écran MacOS Sierra

décalageS – Etapes principales

Dans le but d’élaborer un évènement artistique (prévu pour décembre 2018) à partir d’une collection, celle du FRAC, et d’un lieu, le château d’Oiron , un groupe constitué de treize personnes et de membres des équipes du FRAC et du château s’est réuni toutes les 6 semaines depuis le mois de novembre 2017. On peut décomposer l’itinéraire en quatre phases.

Première phase : choix du thème

Une première réunion pour le lancement du projet s’est tenue le 16 novembre 2017, au château, salle du Soleil, avec les représentants du château et du FRAC Poitou-Charentes.

« … on est volontiers resté énigmatiques. Les questions ont fusé. On leur  a précisé qu’ils avaient les cartes en mains et que c’était à eux de construire leur propre exposition en s’appuyant notamment sur les collections du FRAC … » explique Samuel Quenault, chargé des collections au château d’Oiron.

« Julie Perez et moi-même les avons accompagnés dans leurs démarches mais nous sommes toujours tenu en retrait » précise-t-il

En effet, Samuel Quenault et Julie Perez, médiatrice au FRAC nous ont accompagné tout au long du projet. Lors des réunions suivantes (18 janvier 2018 et 8 mars 2018), des échanges d’idées très fournis ont permis de déterminer nos choix, avec une ligne cohérente. Nous avons souhaité explorer la thématique du rapport entre : les apparences, les interprétations et la réalité.

Deuxième phase : choix des oeuvres – intention de l’exposition

Le 12 avril 2018, l’équipe du FRAC Poitou-Charentes nous a alors proposé une liste de 35 oeuvres en rapport avec cette thématique que nous avons pu visionner et qui nous ont été détaillées.

Le groupe s’est ensuite réuni pour faire une première sélection et établir une pré-liste. Le samedi 26 mai 2018, nous avons été accueillis à LINAZAY où se trouvent des espaces d’expositions et les réserves du FRAC Poitou-Charentes et nous avons pu voir une grande partie des oeuvres qui avaient été retenues.

Une sixième réunion le 12 juillet 2018 a permis de terminer la liste des oeuvres retenues et d’énoncer clairement l’intention de l’exposition.

Troisième phase : scénographie – choix du titre – médiation

Le 13 septembre 2018, grâce à l’appui des équipes du FRAC et du château, nous avons pu attribuer un emplacement à chaque oeuvre retenue en écartant, quelque fois à contrecoeur, certaines oeuvres de la sélection.

« Des contraintes principalement techniques, difficultés d’accrochage d’oeuvres , ou de simples passages dans les portes anciennes », précise Samuel, habitué des installations d’art.

A la fin de cette réunion, nous avons adopté définitivement le titre de l’exposition : décalageS.

Les deux réunions suivantes (3 octobre 2018 et 8 novembre 2018) ont permis de mettre au point le dossier de presse (après de nombreux échanges en réunions plus ou moins informelles et envoi de moult courriels).  Après notre contribution à la réalisation des cartons d’invitation, nous sommes  ensuite passé à la mise au point des actions complémentaires : venue d’un artiste, conférence, …

Quatrième phase :  finalisation …

La réunion du 22 novembre 2018 a été consacrée à l’élaboration des textes accompagnant les cartels situés près des oeuvres (en tenant compte des interrogations et analyses de chaque membre du groupe).

Après de nombreux échanges en réunions ou par mails, nous sommes parvenu à un consensus qui nous a permis de « boucler » le dispositif lors de notre dernière réunion du 6 décembre 2018. Nous avons aussi participé à la réalisation du guide de visite pour les visiteurs.


décalageS – Visite guidée – 5 janvier 2019

Vingt-cinq adhérents de l’association des Amis d’Oiron ont répondu à l’invitation et se sont retrouvés dans le hall d’entrée, accueillis par une brève allocution du président.

Les commissaires citoyen(ne)s ont ensuite exposé l’historique de la préparation de l’exposition ainsi que le thème choisi.

Pour conclure, quelques explications complémentaires ont permis de préciser le choix du Cristal de Neige.

Le petit escalier blanc nous a conduit au premier étage dans la Chambre du Roi au milieu de laquelle trônait la Terre (vue par Marianne Vitale).

Passage ensuite dans la salle d’Armes, où attendaient une série de photos (29 arrests).

Dans le salon de l’Arlequin, le portail UTOPARK dressait sa haute taille. Où menait-il ?

Qu’allait-on découvrir au bout de la galerie Renaissance ?

Weronika AP nous a-t-elle dévoilé tous ses secrets ?

Après quelques marches, dans les combles du second étage, les visiteurs découvraient des femmes semblant surgir du passé (Sept femmes, Trois femmes). Mais, fallait-il se fier aux apparences ?

Pour terminer, il restait à contempler les deux oeuvres de Carine Klonowski.

La visite s’est terminée par le verre de l’amité, dans la salle pédagogique.